Calories: la question non posée sur la façon de perdre du poids
Resource

Calories: la question non posée sur la façon de perdre du poids

By Jason Fung, M.D.

Enfin, une réponse à la question « Comment perdre du poids ». Ce sont nos hormones, pas les calories.

  • La réponse à la question « Comment perdre du poids » réside dans nos hormones
  • L’équation « calories ingérées moins calories dépensées = perte de poids si déficit » est fausse
  • Nos réponses hormonales à différents aliments sont différentes
  • Le comptage des calories ne fonctionne pas
  • Le livre Code obésité explique comment adopter un mode de vie plus sain et pourquoi les gens prennent du poids
Par Jason Fung, M.D., co-fondateur de The Fasting Method. Traduit par Èvelyne Bourdua-Roy, M.D.

Si vous voulez savoir comment perdre du poids, vous devez d’abord vous poser une autre question importante. Pourquoi avez-vous pris du poids? Cette question, qui est pourtant fondamentale, ne suscite que peu de réflexion chez la plupart des gens. Pourquoi? Parce que nous pensons que nous connaissons déjà la réponse. Depuis plusieurs décennies, on nous dit que ce n’est qu’une équation simple : pour perdre du poids, il suffit de brûler plus de calories que l’on en ingère. Ce principe est connu sous le nom de l’acronyme CICO (calories in, calories out), en anglais.

On croit que manger trop et faire trop peu d’exercice causent l’obésité. Cette croyance est considérée comme tellement évidente, qu’elle revêt des allures de vérité absolue qu’il n’y a pas lieu de remettre en question. Il peut donc être surprenant d’apprendre que le corps humain ne se soucie en aucune façon des calories. Il n’y a pas de voie métabolique chez l’humain (ou tout être vivant) qui répond aux calories. En réalité, notre corps prend ou perd de la graisse en fonction de signaux hormonaux.

Lorsque l’on comprend ce qui cause une maladie, c’est-à-dire son étiologie, on peut tenter de trouver un traitement efficace. C’est là l’un des principes de base de la médecine moderne. Par exemple, si vous comprenez que les infections peuvent être causées par des bactéries, vous pouvez traiter les infections avec un antibiotique, pour tuer ces bactéries. Il existe des traitements qui fonctionnent, bien que nous ne sachions pas pourquoi. Dans ces cas, cependant, il est difficile de faire des progrès scientifiques. Alors, qu’est-ce qui cause l’obésité? N’est-ce pas simplement un excès de calories?

Calories ingérées, calories brûlées (CICO)

Que sont les calories? Ce sont des unités de chaleur. En nutrition, c’est la quantité d’énergie qui est libérée lorsqu’un aliment est brûlé dans un calorimètre. Par exemple, si vous brûlez un bagel dans un calorimètre, 250 calories de chaleur seront libérées. Vous pouvez également y mettre un petit morceau de bois et libérer 250 calories de chaleur. Les calories sont des unités dérivées de la physique, pas de la physiologie – la science des êtres vivants.

Notre corps n’est pas un calorimètre et il suit la physiologie, pas la physique. Manger un bagel ou un morceau de bois est la même chose d’un point de vue physique, mais c’est complètement différent d’un point de vue physiologique parce que le bois n’est pas de la nourriture humaine. Notre corps ne sait pas ou ne se soucie pas du nombre de calories contenues dans ce que nous mangeons.

En fait, les aliments que nous mangeons affectent nos hormones, comme l’insuline, le mTOR, le peptide YY, la cholécystokinine et autres, lesquelles indiquent à notre corps comment réagir. Si nous mangeons un bagel (contenant principalement des glucides), un avocat (contenant principalement des matières grasses) ou un morceau de bois (pas de la nourriture), les réponses hormonales sont complètement différentes. L’effet sur notre corps sera également complètement différent.

C’est la faille fatale du populaire modèle CICO. Ce modèle suggère que le principal facteur (mais pas le seul) de l’obésité est les calories et, donc, que la réduction des calories est à la base du traitement. L’obésité est considérée comme étant le résultat de l’équation d’équilibre énergétique suivante :

Stockage des graisses = calories ingérées moins calories brûlées

À ce stade-ci, la première loi de la thermodynamique, qui est une autre équation issue de la physique, est souvent évoquée. Encore une fois, du point de vue de la physiologie, cela n’est nullement pertinent. La première loi de la thermodynamique stipule que l’énergie n’est ni créée ni détruite dans un système fermé. Donc, si vous mangez 250 calories excédentaires de bagel, ces calories devront forcément être stockées sous forme de graisse. C’est complètement faux. Que se passerait-il si vous mangiez 250 calories excédentaires de bois? Allez-vous grossir? Bien sûr que non, car ce n’est pas de la nourriture que nous pouvons métaboliser. De même, si vous mangez 250 calories excédentaires de bagel, mais augmentez parallèlement votre métabolisme de 250 calories, vous ne stockerez pas de graisse non plus. Le corps, s’il reçoit 250 calories excédentaires d’énergie, peut choisir de les excréter, brûler, utiliser pour fabriquer des muscles ou stocker. Toutes ces options sont conformes à la physique mais ont des conséquences largement différentes sur la graisse corporelle.

Selon le modèle populaire « d’équilibre énergétique », vous grossissez lorsque les calories ingérées sont plus nombreuses que les calories brûlées. Mais qu’est-ce qui détermine combien de calories sont ingérées et combien sont brûlées? Puisque nous décidons quoi manger, les calories ingérées dépendent de nos choix personnels. Nous aurions pu manger du brocoli au lieu d’un sac de croustilles. Si nous supposons que notre taux métabolique de base (l’énergie nécessaire aux fonctions de base du corps, comme la production de chaleur corporelle, la digestion, la filtration par les reins, l’activité cérébrale, etc.) est stable, alors les calories brûlées ne peuvent dépendre que de la quantité d’exercice que nous faisons. Faire de l’exercice ou non est également un choix personnel. Nous aurions pu courir pendant une heure au lieu de regarder la télévision.

La conclusion du modèle basé sur les calories (CICO) est donc que l’obésité est un échec personnel : l’obésité est la faute de l’individu obèse. Manger trop (gourmandise) ou bouger trop peu (paresse) sont des défaillances individuelles – en fait, 2 des 7 péchés capitaux. Si nous demandons aux « experts », ils conviennent que la clé de la perte de poids est de manger moins et de bouger plus. Le modèle basé sur les calories dit que l’obésité est de votre faute.

Laissez-moi alors vous poser une question : si tout cela n’était qu’une question de choix personnels, pourquoi tant d’Américains ont-ils « décidé » simultanément vers 1977 de devenir obèses? Et on ne parle pas ici que d’une poignée d’Américains : selon le CDC, 71,6% des Américains sont en surpoids ou obèses en 2020.

Alors, quelle est la solution? Si manger trop et bouger trop peu sont la cause de l’obésité, la solution consiste simplement à « manger moins et bouger plus ». Et pratiquement tous les professionnels de la santé (y compris les médecins et les diététiciens) conviennent que c’est le Saint Graal de la perte de poids. Il suffit de manger quelques centaines de calories de moins par jour. Comptez vos calories. Faites plus d’exercice. Nous avons tous déjà entendu ces conseils. Mais il y a un gros problème. Ça ne marche pas du tout.

Le calcul des calories ne fonctionne pas

Laissez-moi vous poser une autre question : si nous sommes tous d’accord avec le fait que nous connaissons le remède contre l’obésité et si nous avons dépensé des milliards en sensibilisation et programmes pour la population, pourquoi grossissons-nous encore? En d’autres termes, pourquoi ce « remède » basé sur des « vérités évidentes » est-il si mauvais? Nous avons tous essayé le comptage de calories dans toutes ses innombrables combinaisons et permutations. Et cela ne fonctionne pratiquement jamais. Ni pour vous, ni pour moi, ni pour personne. J’aimerais beaucoup que cela fonctionne, malheureusement ce n’est pas le cas. Il faut se rendre à l’évidence.

Le modèle basé sur les calories n’explique pas pourquoi l’obésité est devenue si prévalente, ni comment la renverser. C’est un paradigme d’une totale inutilité.

Au lieu de cela, si vous vous regardez du côté des hormones, vous comprendrez plus clairement pourquoi l’obésité survient et comment la traiter. Il y a des hormones qui nous donnent faim et il y a des hormones qui nous rassasient. Il y a des hormones qui nous rendent plus énergiques et il y en a qui nous rendent moins énergiques. Par conséquent, ce qui détermine combien de calories entrent et sortent n’est pas tant un choix personnel, mais est surtout déterminé par nos hormones.

Les aliments que nous mangeons, même s’ils contiennent le même nombre de calories, ont des effets différents sur nos hormones. Donc, notre corps réagit différemment selon ce que nous mangeons. Tout cela signifie que certains aliments font grossir davantage que d’autres, une vérité que votre grand-mère savait déjà.

Par ailleurs, la fréquence à laquelle nous mangeons a également un impact sur nos hormones, c’est-à-dire que notre horaire de repas joue également un rôle dans la façon dont notre corps va réagir. Autrement dit, ce que nous mangeons et quand nous mangeons sont importants. L’obésité a été causée par un changement, vers 1977, dans les aliments que nous mangeons et la fréquence à laquelle nous mangeons.

Pour plus d’informations, lisez le livre Code obésité.

En savoir plus sur le thé Piqué pour soutenir le jeûne.

Consultez The Fasting Method pour de l’information, du soutien et une communauté axés sur le jeûne.


Jason Fung, M.D.
By Jason Fung, M.D.

Jason Fung, M.D., is a Toronto-based nephrologist (kidney specialist) and a world leading expert in intermittent fasting and low-carb diets.

Share this article with a friend
More articles you might enjoy...More Blogs